Bible du Chemin Testament Kardecien ©

Le Livre des Esprits — Livre IV.

 <<< 


Chapitre II.


PEINES ET JOUISSANCES FUTURES.

1. Néant. Vie future. (958, 959.)2. Intuition des peines et jouissances futures. (960-962.) — 3. Intervention de Dieu dans les peines et récompenses. (963, 964.) — 4. Nature des peines et jouissances futures. (965-982.) — 5. Peines temporelles. (983-989.) — 6. Expiation et repentir. (990-1002.) — 7. Durée des peines futures. (1003-1009.) — 8. Résurrection de la chair. (1010, 1011.) — 9. Paradis, enfer et purgatoire. (1012-1019.)


Néant. Vie future.


958. Pourquoi l’homme a-t-il instinctivement horreur du néant ?

« Parce que le néant n’existe pas. »


959. D’où vient à l’homme le sentiment instinctif de la vie future ?

1 « Nous l’avons déjà dit : avant son incarnation, l’Esprit connaissait toutes ces choses, et l’âme garde un vague souvenir de ce qu’elle sait et de ce qu’elle a vu dans son état spirituel. » (393)


2 Dans tous les temps l’homme s’est préoccupé de son avenir d’outre-tombe, et cela est fort naturel. Quelque importance qu’il attache à la vie présente, il ne peut s’empêcher de considérer combien elle est courte, et surtout précaire, puisqu’elle peut être brisée à chaque instant, et qu’il n’est jamais sûr du lendemain. 3 Que devient-il après l’instant fatal ? La question est grave, car il ne s’agit pas de quelques années, mais de l’éternité. 4 Celui qui doit passer de longues années dans un pays étranger s’inquiète de la position qu’il y aura ; comment donc ne nous préoccuperions-nous pas de celle que nous aurons en quittant ce monde, puisque c’est pour toujours ?

5 L’idée du néant a quelque chose qui répugne à la raison. L’homme le plus insouciant pendant sa vie, arrivé au moment suprême, se demande ce qu’il va devenir, et involontairement il espère.

6 Croire en Dieu sans admettre la vie future serait un non-sens. 7 Le sentiment d’une existence meilleure est dans le for intérieur de tous les hommes ; Dieu n’a pu l’y placer en vain.

8 La vie future implique la conservation de notre individualité après la mort ; que nous importerait en effet de survivre à notre corps, si notre essence morale devait se perdre dans l’océan de l’infini ? Les conséquences pour nous seraient les mêmes que le néant.


Intuition des peines et jouissances futures.


960. D’où vient la croyance, que l’on retrouve chez tous les peuples, de peines et de récompenses à venir ?

« C’est toujours la même chose : pressentiment de la réalité apporté à l’homme par l’Esprit incarné en lui ; car, sachez-le bien, ce n’est pas en vain qu’une voix intérieure vous parle ; votre tort est de ne pas assez l’écouter. Si vous y pensiez bien et souvent, vous deviendriez meilleurs. »


961. Au moment de la mort, quel est le sentiment qui domine chez le plus grand nombre des hommes, est-ce le doute, la crainte ou l’espérance ?

« Le doute pour les sceptiques endurcis, la crainte pour les coupables, l’espérance pour les hommes de bien. »


962. Pourquoi y a-t-il des sceptiques, puisque l’âme apporte à l’homme le sentiment des choses spirituelles ?

1 « Il y en a moins qu’on ne le croit ; beaucoup font les Esprits forts pendant leur vie par orgueil, mais au moment de mourir, ils ne sont pas si fanfarons. »


2 La conséquence de la vie future est la responsabilité de nos actes. 3 La raison et la justice nous disent que, dans la répartition du bonheur auquel tout homme aspire, les bons et les méchants ne sauraient être confondus. 4 Dieu ne peut vouloir que les uns jouissent sans peine de biens auxquels d’autres n’atteignent qu’avec effort et persévérance.

5 L’idée que Dieu nous donne de sa justice et de sa bonté par la sagesse de ses lois ne nous permet pas de croire que le juste et le méchant soient au même rang à ses yeux, ni de douter qu’ils ne reçoivent un jour, l’un la récompense, l’autre le châtiment du bien ou du mal qu’ils auront fait ; 6 c’est pourquoi le sentiment inné que nous avons de la justice nous donne l’intuition des peines et des récompenses futures.


Intervention de Dieu dans les peines et récompenses.


963. Dieu s’occupe-t-il personnellement de chaque homme ? N’est-il pas trop grand et nous trop petits pour que chaque individu en particulier ait quelque importance à ses yeux ?

« Dieu s’occupe de tous les êtres qu’il a créés, quelque petits qu’ils soient ; rien n’est trop peu pour sa bonté. »


964. Dieu a-t-il besoin de s’occuper de chacun de nos actes pour nous récompenser ou nous punir, et la plupart de ces actes ne sont-ils pas insignifiants pour lui ?

1 « Dieu a ses lois qui règlent toutes vos actions ; si vous les violez, c’est votre faute. 2 Sans doute, quand un homme commet un excès, Dieu ne rend pas un jugement contre lui pour lui dire, par exemple : Tu as été gourmand, je vais te punir ; mais il a tracé une limite ; les maladies et souvent la mort sont la conséquence des excès ; voilà la punition : elle est le résultat de l’infraction à la loi. Il en est ainsi en tout. »


3 Toutes nos actions sont soumises aux lois de Dieu ; il n’en est aucune, quelque insignifiante qu’elle nous paraisse, qui ne puisse en être la violation. 4 Si nous subissons les conséquences de cette violation, nous ne devons nous en prendre qu’à nous-mêmes qui nous faisons ainsi les propres artisans de notre bonheur ou de notre malheur à venir.

5 Cette vérité est rendue sensible par l’apologue suivant :

 « Un père a donné à son enfant l’éducation et l’instruction, c’est-à-dire les moyens de savoir se conduire. Il lui cède un champ à cultiver et lui dit : Voilà la règle à suivre, et tous les instruments nécessaires pour rendre ce champ fertile et assurer ton existence. Je t’ai donné l’instruction pour comprendre cette règle ; si tu la suis, ton champ te produira beaucoup et te procurera le repos sur tes vieux jours ; sinon il ne te produira rien et tu mourras de faim. Cela dit, il le laisse agir à son gré. »

6 N’est-il pas vrai que ce champ produira en raison des soins donnés à la culture, et que toute négligence sera au détriment de la récolte ? Le fils sera donc, sur ses vieux jours, heureux ou malheureux selon qu’il aura suivi ou négligé la règle tracée par son père. 7 Dieu est encore plus prévoyant, car il nous avertit à chaque instant si nous faisons bien ou mal : il nous envoie les Esprits pour nous inspirer, mais nous ne les écoutons pas. 8 Il y a encore cette différence, que Dieu donne toujours à l’homme une ressource dans ses nouvelles existences pour réparer ses erreurs passées, tandis que le fils dont nous parlons n’en a plus s’il a mal employé son temps.


Nature des peines et jouissances futures.


965. Les peines et les jouissances de l’âme après la mort ont-elles quelque chose de matériel ?

1 « Elles ne peuvent être matérielles, puisque l’âme n’est pas matière : le bon sens le dit. 2 Ces peines et ces jouissances n’ont rien de charnel, et pourtant elles sont mille fois plus vives que celles que vous éprouvez sur la terre, parce que l’Esprit, une fois dégagé, est plus impressionnable ; la matière n’émousse plus ses sensations. » (237 à 257.)


966. Pourquoi l’homme se fait-il des peines et des jouissances de la vie future une idée souvent si grossière et si absurde ?

1 « Intelligence qui n’est point encore assez développée. L’enfant comprend-il comme l’adulte ? D’ailleurs, cela dépend aussi de ce qu’on lui a enseigné : c’est là qu’il y a besoin d’une réforme.

2 « Votre langage est trop incomplet pour exprimer ce qui est en dehors de vous ; alors il a bien fallu des comparaisons, et ce sont ces images et ces figures que vous avez prises pour la réalité ; mais à mesure que l’homme s’éclaire, sa pensée comprend les choses que son langage ne peut rendre. »


967. En quoi consiste le bonheur des bons Esprits ?

1 « Connaître toutes choses ; n’avoir ni haine, ni jalousie, ni envie, ni ambition, ni aucune des passions qui font le malheur des hommes. 2 L’amour qui les unit est pour eux la source d’une suprême félicité. 3 Ils n’éprouvent ni les besoins, ni les souffrances, ni les angoisses de la vie matérielle ; 4 ils sont heureux du bien qu’ils font ; 5 du reste, le bonheur des Esprits est toujours proportionné à leur élévation. 6 Les purs Esprits jouissent seuls, il est vrai, du bonheur suprême, mais tous les autres ne sont pas malheureux ; 7 entre les mauvais et les parfaits, il y a une infinité de degrés où les jouissances sont relatives à l’état moral. 8 Ceux qui sont assez avancés comprennent le bonheur de ceux qui sont arrivés avant eux : ils y aspirent ; mais c’est pour eux un sujet d’émulation et non de jalousie ; ils savent qu’il dépend d’eux d’y atteindre et travaillent à cette fin, mais avec le calme de la bonne conscience, et ils sont heureux de n’avoir pas à souffrir ce qu’endurent les mauvais. »


968. Vous placez l’absence des besoins matériels au nombre des conditions de bonheur pour les Esprits ; mais la satisfaction de ces besoins n’est-elle pas, pour l’homme, une source de jouissances ?

« Oui, les jouissances de la bête ; et quand tu ne peux satisfaire ces besoins, c’est une torture. »


969. Que faut-il entendre quand on dit que les purs Esprits sont réunis dans le sein de Dieu et occupés à chanter ses louanges ?

1 « C’est une allégorie qui peint l’intelligence qu’ils ont des perfections de Dieu, parce qu’ils le voient et le comprennent, mais qu’il ne faut pas plus prendre à la lettre que beaucoup d’autres. 2 Tout dans la nature, depuis le grain de sable, chante, c’est-à-dire proclame la puissance, la sagesse et la bonté de Dieu ; 3 mais ne crois pas que les Esprits bienheureux soient en contemplation pendant l’éternité ; ce serait un bonheur stupide et monotone ; 4 ce serait de plus celui de l’égoïste, puisque leur existence serait une inutilité sans terme. 5 Ils n’ont plus les tribulations de l’existence corporelle : c’est déjà une jouissance ; 6 et puis, comme nous l’avons dit, ils connaissent et savent toutes choses ; ils mettent à profit l’intelligence qu’ils ont acquise pour aider aux progrès des autres Esprits : c’est leur occupation et en même temps une jouissance. »


970. En quoi consistent les souffrances des Esprits inférieurs ?

1 « Elles sont aussi variées que les causes qui les ont produites et proportionnées au degré d’infériorité, comme les jouissances le sont au degré de supériorité ; 2 elles peuvent se résumer ainsi : Envier tout ce qui leur manque pour être heureux et ne pouvoir l’obtenir ; voir le bonheur et n’y pouvoir atteindre ; regret, jalousie, rage, désespoir de ce qui les empêche d’être heureux ; remords, anxiété morale indéfinissable. 3 Ils ont le désir de toutes les jouissances et ne peuvent les satisfaire, et c’est ce qui les torture. »


971. L’influence que les Esprits exercent les uns sur les autres est-elle toujours bonne ?

« Toujours bonne de la part des bons Esprits, cela va sans dire ; mais les Esprits pervers cherchent à détourner de la voie du bien et du repentir ceux qu’ils croient susceptibles de se laisser entraîner, et que souvent ils ont entraînés au mal pendant la vie. »


a — Ainsi, la mort ne nous délivre pas de la tentation ?

« Non, mais l’action des mauvais Esprits est beaucoup moins grande sur les autres Esprits que sur les hommes, parce qu’ils n’ont pas pour auxiliaires les passions matérielles. » (996.)


972. Comment les mauvais Esprits s’y prennent-ils pour tenter les autres Esprits, puisqu’ils n’ont pas le secours des passions ?

1 « Si les passions n’existent pas matériellement, elles existent encore dans la pensée chez les Esprits arriérés ; 2 les mauvais entretiennent ces pensées en entraînant leurs victimes dans les lieux où ils ont le spectacle de ces passions et de tout ce qui peut les exciter. »


a — Mais à quoi bon ces passions, puisqu’elles n’ont plus d’objet réel ?

« C’est précisément là leur supplice : l’avare voit de l’or qu’il ne peut posséder ; le débauché des orgies auxquelles il ne peut prendre part ; l’orgueilleux des honneurs qu’il envie et dont il ne peut jouir. »


973. Quelles sont les plus grandes souffrances que puissent endurer les mauvais Esprits ?

1 « Il n’y a pas de description possible des tortures morales qui sont la punition de certains crimes ; celui-là même qui les éprouve aurait de la peine à vous en donner une idée ; mais assurément la plus affreuse est la pensée qu’il a d’être condamné sans retour. »


2 L’homme se fait des peines et des jouissances de l’âme après la mort une idée plus ou moins élevée, selon l’état de son intelligence. Plus il se développe, plus cette idée s’épure et se dégage de la matière ; il comprend les choses sous un point de vue plus rationnel, il cesse de prendre à la lettre les images d’un langage figuré. 3 La raison plus éclairée nous apprenant que l’âme est un être tout spirituel nous dit, par cela même, qu’elle ne peut être affectée par les impressions qui n’agissent que sur la matière ; mais il ne s’ensuit pas pour cela qu’elle soit exempte de souffrances, ni qu’elle ne reçoive pas la punition de ses fautes. (237.)

4 Les communications spirites ont pour résultat de nous montrer l’état futur de l’âme, non plus comme une théorie, mais comme une réalité ; elles mettent sous nos yeux toutes les péripéties de la vie d’outre-tombe ; mais elles nous les montrent en même temps comme des conséquences parfaitement logiques de la vie terrestre, et, quoique dégagées de l’appareil fantastique créé par l’imagination des hommes, elles n’en sont pas moins pénibles pour ceux qui ont fait un mauvais usage de leurs facultés. La diversité de ces conséquences est infinie ; 5 mais on peut dire, en thèse générale : chacun est puni par où il a péché ; 6 c’est ainsi que les uns le sont par la vue incessante du mal qu’ils ont fait ; d’autres par les regrets, la crainte, la honte, le doute, l’isolement, les ténèbres, la séparation des êtres qui leur sont chers, etc..


974. D’où vient la doctrine du feu éternel ?

« Image, comme tant d’autres choses, prise pour la réalité. »


a — Mais cette crainte ne peut-elle avoir un bon résultat ?

1 « Vois donc si elle en retient beaucoup, même parmi ceux qui l’enseignent. Si vous enseignez des choses que la raison rejette plus tard, vous ferez une impression qui ne sera ni durable ni salutaire. »


2 L’homme, impuissant à rendre, par son langage, la nature de ces souffrances, n’a pas trouvé de comparaison plus énergique que celle du feu, car, pour lui le feu est le type du plus cruel supplice et le symbole de l’action la plus énergique ; c’est pourquoi la croyance au feu éternel remonte à la plus haute antiquité, et les peuples modernes en ont hérité des peuples anciens ; c’est pourquoi aussi, dans son langage figuré, il dit : le feu des passions ; brûler d’amour, de jalousie, etc..


975. Les Esprits inférieurs comprennent-ils le bonheur du juste ?

1 « Oui, et c’est ce qui fait leur supplice ; car ils comprennent qu’ils en sont privés par leur faute : c’est pourquoi l’Esprit, dégagé de la matière, aspire après une nouvelle existence corporelle, parce que chaque existence peut abréger la durée de ce supplice, si elle est bien employée. C’est alors qu’il fait choix des épreuves par lesquelles il pourra expier ses fautes ; 2 car, sachez-le bien, l’Esprit souffre de tout le mal qu’il a fait ou dont il a été la cause volontaire, de tout le bien qu’il aurait pu faire et qu’il n’a pas fait et de tout le mal qui résulte du bien qu’il n’a pas fait.

3 « L’Esprit errant n’a plus de voile ; il est comme sorti du brouillard et voit ce qui l’éloigne du bonheur ; alors il souffre davantage, car il comprend combien il a été coupable. Pour lui il n’y a plus d’illusion : il voit la réalité des choses. »


4 L’Esprit à l’état errant embrasse d’un côté toutes ses existences passées, de l’autre il voit l’avenir promis et comprend ce qui lui manque pour l’atteindre. Tel un voyageur parvenu au faîte d’une montagne, voit la route parcourue et celle qui lui reste à parcourir pour arriver à son but.


976. La vue des Esprits qui souffrent n’est-elle pas pour les bons une cause d’affliction, et alors que devient leur bonheur si ce bonheur est troublé ?

« Ce n’est point une affliction, puisqu’ils savent que le mal aura une fin ; ils aident les autres à s’améliorer et leur tendent la main : c’est là leur occupation, et une jouissance quand ils réussissent. »


a — Cela se conçoit de la part d’Esprits étrangers ou indifférents ; mais la vue des chagrins et des souffrances de ceux qu’ils ont aimés sur la terre ne trouble-t-elle pas leur bonheur ?

« S’ils ne voyaient pas ces souffrances, c’est qu’ils vous seraient étrangers après la mort ; or, la religion vous dit que les âmes vous voient ; mais ils considèrent vos afflictions à un autre point de vue ; ils savent que ces souffrances sont utiles à votre avancement, si vous les supportez avec résignation ; ils s’affligent donc plus du manque de courage qui vous retarde que des souffrances en elles-mêmes, qui ne sont que passagères. »


977. Les Esprits ne pouvant se cacher réciproquement leurs pensées, et tous les actes de la vie étant connus, il s’ensuivrait que le coupable est en présence perpétuelle de sa victime ?

« Cela ne peut être autrement, le bon sens le dit. »


a — Cette divulgation de tous nos actes répréhensibles, et la présence perpétuelle de ceux qui en ont été les victimes sont-elles un châtiment pour le coupable ?

1 « Plus grand qu’on ne pense, mais seulement jusqu’à ce qu’il ait expié ses fautes, soit comme Esprit, soit comme homme dans de nouvelles existences corporelles. »


2 Lorsque nous sommes nous-mêmes dans le monde des Esprits, tout notre passé étant à découvert, le bien et le mal que nous aurons faits seront également connus. 3 C’est en vain que celui qui a fait le mal voudra échapper à la vue de ses victimes : leur présence inévitable sera pour lui un châtiment et un remords incessant jusqu’à ce qu’il ait expié ses torts, tandis que l’homme de bien, au contraire, ne rencontrera partout que des regards amis et bienveillants.

4 Pour le méchant, il n’est pas de plus grand tourment sur terre que la présence de ses victimes ; c’est pourquoi il les évite sans cesse. Que sera-ce quand, l’illusion des passions étant dissipée, il comprendra le mal qu’il a fait, verra ses actes les plus secrets dévoilés, son hypocrisie démasquée, et qu’il ne pourra se soustraire à leur vue ? Tandis que l’âme de l’homme pervers est en proie à la honte, au regret et au remords, celle du juste jouit d’une sérénité parfaite.


978. Le souvenir des fautes que l’âme a pu commettre, alors qu’elle était imparfaite, ne trouble-t-il pas son bonheur, même après qu’elle s’est épurée ?

« Non, parce qu’elle a racheté ses fautes et qu’elle est sortie victorieuse des épreuves auxquelles elle s’était soumise dans ce but. »


979. Les épreuves qui restent à subir pour achever la purification ne sont-elles pas pour l’âme une appréhension pénible qui trouble son bonheur ?

1 « Pour l’âme qui est encore souillée, oui ; c’est pourquoi elle ne peut jouir d’un bonheur parfait que lorsqu’elle sera tout à fait pure ; 2 mais pour celle qui est déjà élevée, la pensée des épreuves qui lui restent à subir n’a rien de pénible. »


3 L’âme qui est arrivée à un certain degré de pureté goûte déjà le bonheur ; un sentiment de douce satisfaction la pénètre ; elle est heureuse de tout ce qu’elle voit, de tout ce qui l’entoure ; le voile se lève pour elle sur les mystères et les merveilles de la création, et les perfections divines lui apparaissent dans toute leur splendeur.


980. Le lien sympathique qui unit les Esprits du même ordre est-il pour eux une source de félicité ?

1 « L’union des Esprits qui sympathisent pour le bien est pour eux une des plus grandes jouissances ; car ils ne craignent pas de voir cette union troublée par l’égoïsme. 2 Ils forment, dans le monde tout à fait spirituel, des familles de même sentiment, et c’est en cela que consiste le bonheur spirituel, comme dans ton monde vous vous groupez par catégories, et vous goûtez un certain plaisir quand vous êtes réunis. 3 L’affection pure et sincère qu’ils éprouvent et dont ils sont l’objet est une source de félicité, car il n’y a point là de faux amis ni d’hypocrites. »


4 L’homme goûte les prémices de ce bonheur sur la terre quand il rencontre des âmes avec lesquelles il peut se confondre dans une union pure et sainte. 5 Dans une vie plus épurée, cette jouissance sera ineffable et sans bornes, parce qu’il ne rencontrera que des âmes sympathiques que l’égoïsme ne refroidira pas ; 6 car tout est amour dans la nature : c’est l’égoïsme qui le tue.


981. Y a-t-il, pour l’état futur de l’Esprit, une différence entre celui qui, de son vivant, redoutait la mort, et celui qui la voit avec indifférence, et même avec joie ?

« La différence peut être très grande ; cependant, elle s’efface souvent devant les causes qui donnent cette crainte ou ce désir. Soit qu’on la redoute, soit qu’on la souhaite, on peut être mû par des sentiments très divers, et ce sont ces sentiments qui influent sur l’état de l’Esprit. Il est évident, par exemple, que chez celui qui désire la mort uniquement parce qu’il y voit le terme de ses tribulations, c’est une sorte de murmure contre la Providence et contre les épreuves qu’il doit subir. »


982. Est-il nécessaire de faire profession de Spiritisme et de croire aux manifestations pour assurer notre sort dans la vie future ?

1 « S’il en était ainsi, il s’ensuivrait que tous ceux qui ne croient pas ou qui n’ont pas été à même de s’éclairer sont déshérités, ce qui serait absurde. 2 C’est le bien qui assure le sort à venir ; 3 or, le bien est toujours le bien, quelle que soit la voie qui y conduit. » (165, 799.)


4 La croyance au Spiritisme aide à s’améliorer en fixant les idées sur certains points de l’avenir ; elle hâte l’avancement des individus et des masses, parce qu’elle permet de se rendre compte de ce que nous serons un jour ; c’est un point d’appui, une lumière qui nous guide. 5 Le Spiritisme apprend à supporter les épreuves avec patience et résignation ; il détourne des actes qui peuvent retarder le bonheur futur ; c’est ainsi qu’il contribue à ce bonheur, mais il n’est pas dit que sans cela on n’y puisse arriver.


Peines temporelles.


983. L’Esprit qui expie ses fautes dans une nouvelle existence n’a-t-il pas des souffrances matérielles et, dès lors, est-il exact de dire qu’après la mort, l’âme n’a que des souffrances morales ?

1 « Il est bien vrai que lorsque l’âme est réincarnée, les tribulations de la vie sont pour elle une souffrance ; mais il n’y a que le corps qui souffre matériellement.


2 « Vous dites souvent de celui qui est mort qu’il n’a plus à souffrir ; cela n’est pas toujours vrai. Comme Esprit, il n’a plus de douleurs physiques ; mais selon les fautes qu’il a commises, il peut avoir des douleurs morales plus cuisantes, et dans une nouvelle existence il peut être encore plus malheureux. 3 Le mauvais riche y demandera l’aumône et sera en proie à toutes les privations de la misère, l’orgueilleux à toutes les humiliations ; celui qui abuse de son autorité et traite ses subordonnés avec mépris et dureté y sera forcé d’obéir à un maître plus dur qu’il ne l’a été. 4 Toutes les peines et les tribulations de la vie sont l’expiation des fautes d’une autre existence, lorsqu’elles ne sont pas la conséquence des fautes de la vie actuelle. Quand vous serez sortis d’ici vous le comprendrez. (273, 393, 399.)

5 « L’homme qui se croit heureux sur la terre, parce qu’il peut satisfaire ses passions, est celui qui fait le moins d’efforts pour s’améliorer. 6 Il expie souvent dès cette vie ce bonheur éphémère, mais il l’expiera certainement dans une autre existence tout aussi matérielle. »


984. Les vicissitudes de la vie sont-elles toujours la punition des fautes actuelles ?

« Non ; nous l’avons déjà dit : ce sont des épreuves imposées par Dieu, ou choisies par vous-mêmes à l’état d’Esprit et avant votre réincarnation pour expier les fautes commises dans une autre existence ; car jamais l’infraction aux lois de Dieu, et surtout à la loi de justice, ne reste impunie ; si ce n’est dans cette vie, ce sera nécessairement dans une autre ; c’est pourquoi celui qui est juste à vos yeux est souvent frappé pour son passé. » (393.)


985. La réincarnation de l’âme dans un monde moins grossier est-elle une récompense ?

1 « C’est la conséquence de son épuration ; car à mesure que les Esprits s’épurent, ils s’incarnent dans des mondes de plus en plus parfaits, jusqu’à ce qu’ils aient dépouillé toute matière et se soient lavés de toutes leurs souillures, pour jouir éternellement de la félicité des purs Esprits dans le sein de Dieu. »


2 Dans les mondes où l’existence est moins matérielle qu’ici-bas, les besoins sont moins grossiers et toutes les souffrances physiques moins vives. 3 Les hommes ne connaissent plus les mauvaises passions qui, dans les mondes inférieurs, les font ennemis les uns des autres. 4 N’ayant aucun sujet de haine ni de jalousie, ils vivent entre eux en paix, parce qu’ils pratiquent la loi de justice, d’amour et de charité ; 5 ils ne connaissent point les ennuis et les soucis qui naissent de l’envie, de l’orgueil et de l’égoïsme, et qui font le tourment de notre existence terrestre (172, 182.)


986. L’Esprit qui a progressé dans son existence terrestre peut-il être quelquefois réincarné dans le même monde ?

« Oui, s’il n’a pu accomplir sa mission, et lui-même peut demander à la compléter dans une nouvelle existence ; mais alors ce n’est plus pour lui une expiation. » (173.)


987. Que devient l’homme qui, sans faire de mal, ne fait rien pour secouer l’influence de la matière ?

« Puisqu’il ne fait aucun pas vers la perfection, il doit recommencer une existence de la nature de celle qu’il quitte ; il reste stationnaire, et c’est ainsi qu’il peut prolonger les souffrances de l’expiation. »


988. Il y a des gens dont la vie s’écoule dans un calme parfait ; qui, n’ayant besoin de rien faire par eux-mêmes, sont exempts de soucis. Cette existence heureuse est-elle une preuve qu’ils n’ont rien à expier d’une existence antérieure ?

1 « En connais-tu beaucoup ? Si tu le crois, tu te trompes ; souvent, le calme n’est qu’apparent. Ils peuvent avoir choisi cette existence, mais quand ils la quittent, ils s’aperçoivent qu’elle ne leur a point servi à progresser ; et alors, comme le paresseux, ils regrettent le temps perdu. 2 Sachez bien que l’Esprit ne peut acquérir des connaissances et s’élever que par l’activité ; s’il s’endort dans l’insouciance, il n’avance pas. Il est semblable à celui qui a besoin (d’après vos usages) de travailler, et qui va se promener ou se coucher, et cela dans l’intention de ne rien faire. 3 Sachez bien aussi que chacun aura à rendre compte de l’inutilité volontaire de son existence ; cette inutilité est toujours fatale au bonheur à venir. 4 La somme du bonheur futur est en raison de la somme du bien que l’on a fait ; celle du malheur est en raison du mal et des malheureux que l’on a faits. »


989. Il y a des gens qui, sans être positivement méchants, rendent malheureux tous ceux qui les entourent par leur caractère ; quelle en est pour eux la conséquence ?

« Ces gens-là assurément ne sont pas bons, et ils l’expieront par la vue de ceux qu’ils ont rendus malheureux, et ce sera pour eux un reproche ; puis, dans une autre existence, ils endureront ce qu’ils ont fait endurer. »


Expiation et repentir.


990. Le repentir a-t-il lieu à l’état corporel ou à l’état spirituel ?

« A l’état spirituel ; mais il peut aussi avoir lieu à l’état corporel quand vous comprenez bien la différence du bien et du mal. »


991. Quelle est la conséquence du repentir à l’état spirituel ?

« Le désir d’une nouvelle incarnation pour se purifier. L’Esprit comprend les imperfections qui le privent d’être heureux, c’est pourquoi il aspire à une nouvelle existence où il pourra expier ses fautes. » (332, 975.)


992. Quelle est la conséquence du repentir à l’état corporel ?

« Avancer, dès la vie présente, si l’on a le temps de réparer ses fautes. Lorsque la conscience fait un reproche et montre une imperfection, on peut toujours s’améliorer. »


993. N’y a-t-il pas des hommes qui n’ont que l’instinct du mal et sont inaccessibles au repentir ?

1 « Je t’ai dit que l’on doit progresser sans cesse. Celui qui, dans cette vie, n’a que l’instinct du mal, aura celui du bien dans une autre, et c’est pour cela qu’il renaît plusieurs fois ; car il faut que tous avancent et atteignent le but, 2 seulement les uns dans un temps plus court, les autres dans un temps plus long selon leur désir ; celui qui n’a que l’instinct du bien est déjà épuré, car il a pu avoir celui du mal dans une existence antérieure. » (804.)


994. L’homme pervers qui n’a point reconnu ses fautes pendant sa vie les reconnaît-il toujours après sa mort ?

« Oui, il les reconnaît toujours, et alors il souffre davantage, car il ressent tout le mal qu’il a fait ou dont il a été la cause volontaire. Cependant, le repentir n’est pas toujours immédiat ; il y a des Esprits qui s’obstinent dans la mauvaise voie malgré leurs souffrances ; mais, tôt ou tard, ils reconnaîtront la fausse route dans laquelle ils sont engagés, et le repentir viendra. C’est à les éclairer que travaillent les bons Esprits, et que vous pouvez travailler vous-mêmes. »


995. Y a-t-il des Esprits qui, sans être mauvais, soient indifférents sur leur sort ?

« Il y a des Esprits qui ne s’occupent à rien d’utile : ils sont dans l’expectative ; mais ils souffrent, dans ce cas, en proportion ; et comme il doit y avoir progrès en tout, ce progrès se manifeste par la douleur. »

a — N’ont-ils pas le désir d’abréger leurs souffrances ?

« Ils l’ont, sans doute, mais ils n’ont pas assez d’énergie pour vouloir ce qui pourrait les soulager. Combien avez-vous de gens parmi vous qui préfèrent mourir de misère plutôt que de travailler ? »


996. Puisque les Esprits voient le mal qui résulte pour eux de leurs imperfections, comment se fait-il qu’il y en ait qui aggravent leur position et prolongent leur état d’infériorité en faisant le mal comme Esprits, en détournant les hommes de la bonne voie ?

« Ce sont ceux dont le repentir est tardif qui agissent ainsi. L’Esprit qui se repent peut ensuite se laisser entraîner de nouveau dans la voie du mal par d’autres Esprits encore plus arriérés. » (971)


997. On voit des Esprits d’une infériorité notoire accessibles aux bons sentiments et touchés des prières qu’on fait pour eux. Comment se fait-il que d’autres Esprits, qu’on devrait croire plus éclairés, montrent un endurcissement et un cynisme dont rien ne peut triompher ?

1 « La prière n’a d’effet qu’en faveur de l’Esprit qui se repent ; 2 celui qui, poussé par l’orgueil, se révolte contre Dieu et persiste dans ses égarements en les exagérant encore, comme le font de malheureux Esprits, sur ceux-là la prière ne peut rien et ne pourra rien, que du jour où une lueur de repentir se sera manifestée chez eux. » (664.)


3 On ne doit pas perdre de vue que l’Esprit, après la mort du corps, n’est pas subitement transformé ; si sa vie a été répréhensible, c’est parce qu’il était imparfait ; or la mort ne rend pas immédiatement parfait ; il peut persister dans ses erreurs dans ses fausses opinions, dans ses préjugés, jusqu’à ce qu’il se soit éclairé par l’étude, la réflexion et la souffrance.


998. L’expiation s’accomplit-elle à l’état corporel ou à l’état d’Esprit ?

« L’expiation s’accomplit pendant l’existence corporelle par les épreuves auxquelles l’Esprit est soumis, et dans la vie spirituelle par les souffrances morales attachées à l’état d’infériorité de l’Esprit. »


999. Le repentir sincère pendant la vie suffit-il pour effacer les fautes, et faire trouver grâce devant Dieu ?

« Le repentir aide à l’amélioration de l’Esprit, mais le passé doit être expié. »


a — Si, d’après cela, un criminel disait que, puisqu’il doit, en tout état de cause, expier son passé, il n’a pas besoin de repentir, qu’en résulterait-il pour lui ?

« S’il s’endurcit dans la pensée du mal, son expiation sera plus longue et plus pénible. »


1000. Pouvons-nous, dès cette vie, racheter nos fautes ?

1 « Oui, en les réparant ; mais ne croyez pas les racheter par quelques privations puériles, ou en donnant après votre mort quand vous n’aurez plus besoin de rien. 2 Dieu ne tient aucun compte d’un repentir stérile, toujours facile, et qui ne coûte que la peine de se frapper la poitrine. 3 La perte d’un petit doigt en rendant service efface plus de fautes que le supplice de la chair enduré pendant des années sans autre but que soi-même. (726.)

4 « Le mal n’est réparé que par le bien, et la réparation n’a aucun mérite si elle n’atteint l’homme ni dans son orgueil, ni dans ses intérêts matériels.

5 « Que lui sert, pour sa justification, de restituer après sa mort le bien mal acquis, alors qu’il lui devient inutile et qu’il en a profité ?

6 « Que lui sert la privation de quelques jouissances futiles et de quelques superfluités, si le tort qu’il a fait à autrui reste le même ?

7 « Que lui sert enfin de s’humilier devant Dieu, s’il conserve son orgueil devant les hommes ? » (720-721.)


1001. N’y a-t-il aucun mérite à assurer, après sa mort, un emploi utile des biens que nous possédons ?

1 « Aucun mérite n’est pas le mot ; cela vaut toujours mieux que rien ; mais le malheur est que celui qui ne donne qu’après sa mort est souvent plus égoïste que généreux ; il veut avoir l’honneur du bien sans en avoir la peine. 2 Celui qui se prive, de son vivant, a double profit : le mérite du sacrifice et le plaisir de voir les heureux qu’il fait. 3 Mais l’égoïsme est là qui lui dit : Ce que tu donnes, c’est autant de retranché sur tes jouissances ; et comme l’égoïsme crie plus fort que le désintéressement et la charité, il garde, sous prétexte de ses besoins et des nécessités de sa position. 4 Ah ! plaignez celui qui ne connaît pas le plaisir de donner ; celui-là est vraiment déshérité d’une des plus pures et des plus suaves jouissances. Dieu, en le soumettant à l’épreuve de la fortune, si glissante et si dangereuse pour son avenir, a voulu lui donner pour compensation le bonheur de la générosité dont il peut jouir dès ici-bas. » (814.)


1002. Que doit faire celui qui, à l’article de la mort, reconnaît ses fautes, mais n’a pas le temps de les réparer ? Se repentir suffit-il dans ce cas ?

« Le repentir hâte sa réhabilitation, mais il ne l’absout pas. N’a-t-il pas l’avenir devant lui qui ne lui est jamais fermé ? »


Durée des peines futures.


1003. La durée des souffrances du coupable, dans la vie future, est-elle arbitraire ou subordonnée à une loi quelconque ?

« Dieu n’agit jamais par caprice et tout, dans l’univers, est régi par des lois où se révèlent sa sagesse et sa bonté. »


1004. Sur quoi est basée la durée des souffrances du coupable ?

« Sur le temps nécessaire à son amélioration. L’état de souffrance et de bonheur étant proportionné au degré d’épuration de l’Esprit, la durée et la nature de ses souffrances dépendent du temps qu’il met à s’améliorer. A mesure qu’il progresse et que ses sentiments s’épurent, ses souffrances diminuent et changent de nature. »


Saint Louis.


1005. Pour l’Esprit souffrant, le temps paraît-il aussi long ou moins long que s’il était vivant ?

« Il lui paraît plutôt plus long : le sommeil n’existe pas pour lui. Ce n’est que pour les Esprits arrivés à un certain degré d’épuration que le temps s’efface, pour ainsi dire, devant l’infini. » (240.)


1006. La durée des souffrances de l’Esprit peut-elle être éternelle ?

1 « Sans doute, s’il était éternellement mauvais, c’est-à-dire s’il ne devait jamais se repentir ni s’améliorer, il souffrirait éternellement ; mais Dieu n’a pas créé des êtres pour qu’ils soient voués au mal à perpétuité ; il ne les a créés que simples et ignorants, et tous doivent progresser dans un temps plus ou moins long, selon leur volonté. 2 La volonté peut être plus ou moins tardive, comme il y a des enfants plus ou moins précoces, mais elle vient tôt ou tard par l’irrésistible besoin qu’éprouve l’Esprit de sortir de son infériorité et d’être heureux. 3 La loi qui régit la durée des peines est donc éminemment sage et bienveillante, puisqu’elle subordonne cette durée aux efforts de l’Esprit ; 4 elle ne lui enlève jamais son libre arbitre : s’il en fait un mauvais usage, il en subit les conséquences. »

Saint Louis.


1007. Y a-t-il des Esprits qui ne se repentent jamais ?

« Il y en a dont le repentir est très tardif ; mais prétendre qu’ils ne s’amélioreront jamais, ce serait nier la loi du progrès, et dire que l’enfant ne peut devenir adulte. »

Saint Louis.


1008. La durée des peines dépend-elle toujours de la volonté de l’Esprit, et n’y en a-t-il pas qui lui sont imposées pour un temps donné ?

« Oui, des peines peuvent lui être imposées pour un temps, mais Dieu, qui ne veut que le bien de ses créatures, accueille toujours le repentir, et le désir de s’améliorer n’est jamais stérile. »

Saint Louis.


1009. D’après cela, les peines imposées ne le seraient jamais pour l’éternité ?

1 « Interrogez votre bon sens, votre raison, et demandez-vous si une condamnation perpétuelle pour quelques moments d’erreur ne serait pas la négation de la bonté de Dieu ? Qu’est-ce, en effet, que la durée de la vie, fût-elle de cent ans, par rapport à l’éternité ? 2 Eternité ! comprenez-vous bien ce mot ? souffrances, tortures sans fin, sans espoir, pour quelques fautes ! Votre jugement ne repousse-t-il pas une pareille pensée ? 3 Que les anciens aient vu dans le maître de l’univers un Dieu terrible, jaloux et vindicatif, cela se conçoit ; dans leur ignorance, ils ont prêté à la divinité les passions des hommes ; mais ce n’est pas là le Dieu des chrétiens, qui place l’amour, la charité, la miséricorde, l’oubli des offenses au rang des premières vertus : 4 pourrait-il manquer lui-même des qualités dont il fait un devoir ? N’y a-t-il pas contradiction à lui attribuer la bonté infinie et la vengeance infinie ? Vous dites qu’avant tout il est juste, et que l’homme ne comprend pas sa justice ; mais la justice n’exclut pas la bonté, et il ne serait pas bon s’il vouait à des peines horribles, perpétuelles, la plus grande partie de ses créatures. Pourrait-il faire à ses enfants une obligation de la justice, s’il ne leur avait pas donné les moyens de la comprendre ? 5 D’ailleurs, n’est-ce pas le sublime de la justice, unie à la bonté, de faire dépendre la durée des peines des efforts du coupable pour s’améliorer ? Là est la vérité de cette parole : « A chacun selon ses œuvres. »

Saint Augustin.


6 « Attachez-vous, par tous les moyens qui sont en votre pouvoir, à combattre, à anéantir l’idée de l’éternité des peines, pensée blasphématoire envers la justice et la bonté de Dieu, source la plus féconde de l’incrédulité, du matérialisme et de l’indifférence qui ont envahi les masses depuis que leur intelligence a commencé à se développer. L’Esprit, près de s’éclairer, ne fût-il que même dégrossi, en a bientôt saisi la monstrueuse injustice ; sa raison la repousse, et alors il manque rarement de confondre dans un même ostracisme et la peine qui le révolte et le Dieu auquel il l’attribue ; de là les maux sans nombre qui sont venus fondre sur vous et auxquels nous venons vous apporter remède. 7 La tâche que nous vous signalons vous sera d’autant plus facile que les autorités sur lesquelles s’appuient les défenseurs de cette croyance ont toutes évité de se prononcer formellement ; ni les conciles, ni les Pères de l’Église n’ont tranché cette grave question. Si, d’après les Evangélistes eux-mêmes, et en prenant au pied de la lettre les paroles emblématiques du Christ, il a menacé les coupables d’un feu qui ne s’éteint pas, d’un feu éternel, il n’est absolument rien dans ses paroles qui prouve qu’il les ait condamnés éternellement.

8 « Pauvres brebis égarées, sachez voir venir à vous le bon Pasteur qui, loin de vouloir vous bannir à tout jamais de sa présence, vient lui-même à votre rencontre pour vous ramener au bercail. Enfants prodigues, quittez votre exil volontaire ; tournez vos pas vers la demeure paternelle : le père vous tend les bras et se tient toujours prêt à fêter votre retour en famille. »

Lamennais.


9 « Guerres de mots ! guerres de mots ! n’avez-vous pas fait assez verser de sang ! faut-il donc encore rallumer les bûchers ? On discute sur les mots : éternité des peines, éternité des châtiments ; ne savez-vous donc pas que ce que vous entendez aujourd’hui par éternité, les anciens ne l’entendaient pas comme vous ? Que le théologien consulte les sources, et comme vous tous il y découvrira que le texte hébreu ne donnait pas au mot que les Grecs, les Latins et les modernes ont traduit par peines sans fin, irrémissibles, la même signification. 10 Eternité des châtiments correspond à l’éternité du mal. Oui, tant que le mal existera parmi les hommes, les châtiments subsisteront ; 11 c’est dans le sens relatif qu’il importe d’interpréter les textes sacrés. L’éternité des peines n’est donc que relative et non absolue. 12 Qu’un jour advienne où tous les hommes se revêtiront, par la repentance, de la robe d’innocence, et ce jour-là plus de gémissements, plus de grincements de dents. 13 Votre raison humaine est bornée, il est vrai, mais telle qu’elle est, c’est un présent de Dieu, et avec cette aide de la raison, il n’est pas un seul homme de bonne foi qui comprenne autrement l’éternité des châtiments. L’éternité des châtiments ! Quoi ! il faudrait donc admettre que le mal sera éternel. 14 Dieu seul est éternel et n’a pu créer le mal éternel, sans cela il faudrait lui arracher le plus magnifique de ses attributs : la souveraine puissance, car celui-là n’est pas souverainement puissant qui peut créer un élément destructeur de ses œuvres. 15 Humanité ! humanité ! ne plonge donc plus tes mornes regards dans les profondeurs de la terre pour y chercher les châtiments ; pleure, espère, expie et réfugie-toi dans la pensée d’un Dieu intimement bon, absolument puissant, essentiellement juste. »

Platon.


16 « Graviter vers l’unité divine, tel est le but de l’humanité ; pour y atteindre, trois choses sont nécessaires : la justice, l’amour et la science ; trois choses y sont opposées et contraires : l’ignorance, la haine et l’injustice. 17 Eh bien ! je vous dis, en vérité, vous mentez à ces principes fondamentaux en compromettant l’idée de Dieu par l’exagération de sa sévérité ; vous la compromettez doublement en laissant pénétrer dans l’Esprit de la créature qu’il y a en elle plus de clémence, de mansuétude, d’amour et de véritable justice que vous n’en attribuez à l’être infini ; 18 vous détruisez même l’idée de l’enfer en le rendant ridicule et inadmissible à vos croyances, comme l’est à vos cœurs le hideux spectacle des bourreaux, des bûchers et des tortures du moyen âge ! Quoi donc ! Est-ce quand l’ère des représailles aveugles est à jamais bannie des législations humaines que vous espérez la maintenir dans l’idéal ? 19 Oh ! croyez-moi, croyez-moi, frères en Dieu et en Jésus-Christ, croyez-moi ou résignez-vous à laisser périr entre vos mains tous vos dogmes plutôt que de les laisser varier, ou bien revivifiez-les en les ouvrant aux bienfaisants effluves que les Bons y versent en ce moment. 20 L’idée de l’enfer avec ses fournaises ardentes, avec ses chaudières bouillantes, put être tolérée, c’est-à-dire pardonnable dans un siècle de fer ; mais au dix-neuvième, ce n’est plus qu’un vain fantôme propre tout au plus à effrayer les petits enfants, et auquel les enfants ne croient plus quand ils sont grands. En persistant dans cette mythologie effrayante, vous engendrez l’incrédulité, mère de toute désorganisation sociale ; 21 car je tremble en voyant tout un ordre social ébranlé et croulant sur sa base faute de sanction pénale. Hommes de foi ardente et vive, avant-garde du jour de la lumière, à l’œuvre donc ! non pour maintenir des fables vieillies et désormais sans crédit, mais pour raviver, revivifier la véritable sanction pénale, sous des formes en rapport avec vos mœurs, vos sentiments et les lumières de votre époque.

22 « Qu’est-ce, en effet, que le coupable ? Celui qui, par un écart, par un faux mouvement de l’âme s’éloigne du but de la création, qui consiste dans le culte harmonieux du beau, du bien, idéalisés par l’archétype humain, par l’Homme-Dieu, par Jésus-Christ.

23 « Qu’est-ce que le châtiment ? La conséquence naturelle, dérivative de ce faux mouvement ; une somme de douleurs nécessaires pour le dégoûter de sa difformité, par l’expérimentation de la souffrance. 24 Le châtiment, c’est l’aiguillon qui excite l’âme, par l’amertume, à se replier sur elle-même, et à revenir au rivage du salut. 25 Le but du châtiment n’est autre que la réhabilitation, l’affranchissement. Vouloir que le châtiment soit éternel, pour une faute qui n’est pas éternelle, c’est lui nier toute raison d’être.

26 « Oh ! je vous le dis en vérité, cessez, cessez de mettre en parallèle, dans leur éternité, le Bien, essence du Créateur, avec le Mal, essence de la créature ; ce serait créer là une pénalité injustifiable. Affirmez, au contraire, l’amortissement graduel des châtiments et des peines par les transmigrations, et vous consacrerez avec la raison unie au sentiment, l’unité divine. »

Paul, Apotre.


27 On veut exciter l’homme au bien, et le détourner du mal par l’appât de récompenses et la crainte de châtiments ; mais si ces châtiments sont présentés de manière à ce que la raison se refuse à y croire, ils n’auront sur lui aucune influence ; loin de là, il rejettera tout : la forme et le fond. Qu’on lui présente, au contraire, l’avenir d’une manière logique, et alors il ne le repoussera pas. Le Spiritisme lui donne cette explication.

28 La doctrine de l’éternité des peines, dans le sens absolu, fait de l’être suprême un Dieu implacable. Serait-il logique de dire d’un souverain qu’il est très bon, très bienveillant, très indulgent, qu’il ne veut que le bonheur de ceux qui l’entourent, mais qu’en même temps il est jaloux, vindicatif, inflexible dans sa rigueur, et qu’il punit du dernier supplice les trois quarts de ses sujets pour une offense ou une infraction à ses lois, ceux mêmes qui ont failli pour ne les avoir pas connues ? Ne serait-ce pas là une contradiction ? Or, Dieu peut-il être moins bon que ne le serait un homme ?

29 Une autre contradiction se présente ici. Puisque Dieu sait tout, il savait donc en créant une âme qu’elle faillirait ; elle a donc été, dès sa formation, vouée au malheur éternel : cela est-il possible, rationnel ? 30 Avec la doctrine des peines relatives, tout est justifié. Dieu savait, sans doute, qu’elle faillirait, mais il lui donne les moyens de s’éclairer par sa propre expérience, par ses fautes mêmes ; 31 il est nécessaire qu’elle expie ses erreurs pour être mieux affermie dans le bien, mais la porte de l’espérance ne lui est pas fermée à tout jamais, et Dieu fait dépendre le moment de sa délivrance des efforts qu’elle fait pour y arriver. 32 Voilà ce que tout le monde peut comprendre, ce que la logique la plus méticuleuse peut admettre. Si les peines futures eussent été présentées sous ce point de vue, il y aurait bien moins de sceptiques.

33 Le mot éternel est souvent employé, dans le langage vulgaire, comme figure, pour désigner une chose de longue durée et dont on ne prévoit pas le terme, quoique l’on sache très bien que ce terme existe. Nous disons, par exemple, les glaces éternelles des hautes montagnes, des pôles, quoique nous sachions, d’un côté, que le monde physique peut avoir une fin, et d’autre part, que l’état de ces régions peut changer par le déplacement normal de l’axe ou par un cataclysme. Le mot éternel, dans ce cas, ne veut donc pas dire perpétuel jusqu’à l’infini. Quand nous souffrons d’une longue maladie, nous disons que notre mal est éternel ; qu’y a-t-il donc d’étonnant à ce que des Esprits qui souffrent depuis des années, des siècles, des milliers d’années même, en disent autant ? N’oublions pas surtout que leur infériorité ne leur permettant pas de voir l’extrémité de la route, ils croient souffrir toujours, et que c’est pour eux une punition.

34 Au reste, la doctrine du feu matériel, des fournaises et des tortures empruntées au Tartare du paganisme, est aujourd’hui complètement abandonnée par la haute théologie, et ce n’est plus que dans les écoles que ces effrayants tableaux allégoriques sont encore donnés comme des vérités positives, par quelques hommes plus zélés qu’éclairés, et cela bien à tort, car ces jeunes imaginations, une fois revenues de leur terreur, pourront augmenter le nombre des incrédules. 35 La théologie reconnaît aujourd’hui que le mot feu est employé au figuré, et doit s’entendre d’un feu moral. (974.) Ceux qui ont suivi comme nous les péripéties de la vie et des souffrances d’outre tombe, dans les communications spirites, ont pu se convaincre que, pour n’avoir rien de matériel, elles n’en sont pas moins poignantes. 36 A l’égard même de leur durée, certains théologiens commencent à l’admettre dans le sens restrictif indiqué ci-dessus, et pensent qu’en effet le mot éternel peut s’entendre des peines en elles-mêmes, comme conséquences d’une loi immuable, et non de leur application à chaque individu. Le jour où la religion admettra cette interprétation, ainsi que quelques autres qui sont également la conséquence du progrès des lumières, elle ralliera bien des brebis égarées.


Résurrection de la chair.


1010. Le dogme de la résurrection de la chair est-il la consécration de celui de la réincarnation enseignée par les Esprits ?

1 « Comment voulez-vous qu’il en soit autrement ? Il en est de ces paroles comme de tant d’autres qui ne paraissent déraisonnables aux yeux de certaines personnes que parce qu’on les prend à la lettre, c’est pourquoi elles conduisent à l’incrédulité ; 2 mais donnez-leur une interprétation logique, et ceux que vous appelez les libres penseurs les admettront sans difficulté, précisément parce qu’ils réfléchissent ; car, ne vous y trompez pas, ces libres penseurs ne demandent pas mieux que de croire ; ils ont, comme les autres, plus que d’autres peut-être, soif de l’avenir, mais ils ne peuvent admettre ce qui est controuvé par la science. 3 La doctrine de la pluralité des existences est conforme à la justice de Dieu ; elle seule peut expliquer ce qui, sans elle, est inexplicable ; comment voudriez-vous que le principe n’en fût pas dans la religion elle-même ? »


1011. Ainsi l’Église, par le dogme de la résurrection de la chair, enseigne elle-même la doctrine de la réincarnation ?

1 « Cela est évident ; cette doctrine est d’ailleurs la conséquence de bien des choses qui ont passé inaperçues et que l’on ne tardera pas à comprendre dans ce sens ; avant peu on reconnaîtra que le Spiritisme ressort à chaque pas du texte même des Écritures sacrées. 2 Les Esprits ne viennent donc pas renverser la religion, comme quelques-uns le prétendent ; ils viennent, au contraire, la confirmer, la sanctionner par des preuves irrécusables ; 3 mais, comme le temps est venu de ne plus employer le langage figuré, ils s’expriment sans allégorie, et donnent aux choses un sens clair et précis qui ne puisse être sujet à aucune fausse interprétation. Voilà pourquoi, dans quelque temps, vous aurez plus de gens sincèrement religieux et croyants que vous n’en avez aujourd’hui. »

Saint Louis.


4 La science, en effet, démontre l’impossibilité de la résurrection selon l’idée vulgaire. Si les débris du corps humain restaient homogènes, fussent-ils dispersés et réduits en poussière, on concevrait encore leur réunion à un temps donné ; mais les choses ne se passent point ainsi. Le corps est formé d’éléments divers : oxygène, hydrogène, azote, carbone, etc. ; par la décomposition, ces éléments se dispersent, mais pour servir à la formation de nouveaux corps ; de telle sorte que la même molécule, de carbone par exemple, sera entrée dans la composition de plusieurs milliers de corps différents (nous ne parlons que des corps humains, sans compter tous ceux des animaux) ; que tel individu a peut-être dans son corps des molécules ayant appartenu aux hommes des premiers âges ; que ces mêmes molécules organiques que vous absorbez dans votre nourriture proviennent peut-être du corps de tel autre individu que vous avez connu, et ainsi de suite. La matière étant en quantité définie, et ses transformations en quantités indéfinies, comment chacun de ces corps pourrait-il se reconstituer des mêmes éléments ? Il y a là une impossibilité matérielle. 5 On ne peut donc rationnellement admettre la résurrection de la chair que comme une figure symbolisant le phénomène de la réincarnation, et alors rien qui choque la raison, rien qui soit en contradiction avec les données de la science.

6 Il est vrai que, selon le dogme, cette résurrection ne doit avoir lieu qu’à la fin des temps, tandis que, selon la doctrine spirite, elle a lieu tous les jours ; 7 mais n’y a-t-il pas encore dans ce tableau du jugement dernier une grande et belle figure qui cache, sous le voile de l’allégorie, une de ces vérités immuables qui ne trouvera plus de sceptiques quand elle sera ramenée à sa véritable signification ? Qu’on veuille bien méditer la théorie spirite sur l’avenir des âmes et sur leur sort à la suite des différentes épreuves qu’elles doivent subir, et l’on verra qu’à l’exception de la simultanéité, le jugement qui condamne ou qui les absout n’est point une fiction, ainsi que le pensent les incrédules. 8 Remarquons encore qu’elle est la conséquence naturelle de la pluralité des mondes, aujourd’hui parfaitement admise, tandis que, selon la doctrine du jugement dernier, la terre est censée le seul monde habité.


Paradis, enfer et purgatoire.


1012. Un lieu circonscrit dans l’univers est-il affecté aux peines et aux jouissances des Esprits, selon leurs mérites ?

« Nous avons déjà répondu à cette question. Les peines et les jouissances sont inhérentes au degré de perfection des Esprits ; chacun puise en soi-même le principe de son propre bonheur ou malheur ; et comme ils sont partout, aucun lieu circonscrit ni fermé n’est affecté à l’un plutôt qu’à l’autre. Quant aux Esprits incarnés, ils sont plus ou moins heureux ou malheureux, selon que le monde qu’ils habitent est plus ou moins avancé. »


a — D’après cela, l’enfer et le paradis n’existeraient pas tels que l’homme se les représente ?

1 « Ce ne sont que des figures : il y a partout des Esprits heureux et malheureux. Cependant, comme nous l’avons dit aussi, les Esprits du même ordre se réunissent par sympathie ; mais ils peuvent se réunir où ils veulent quand ils sont parfaits. »


2 La localisation absolue des lieux de peines et de récompenses n’existe que dans l’imagination de l’homme ; elle provient de la tendance à matérialiser et à circonscrire les choses dont il ne peut comprendre l’essence infinie.


1013. Que doit-on entendre par le purgatoire ?

1 « Douleurs physiques et morales : c’est le temps de l’expiation. C’est presque toujours sur terre que vous faites votre purgatoire et que Dieu vous fait expier vos fautes. »


2 Ce que l’homme appelle purgatoire est de même une figure par laquelle on doit entendre, non pas un lieu déterminé quelconque, mais l’état des Esprits imparfaits qui sont en expiation jusqu’à la purification complète qui doit les élever au rang des Esprits bienheureux. 3 Cette purification s’opérant dans les diverses incarnations, le purgatoire consiste dans les épreuves de la vie corporelle.


1014. Comment se fait-il que des Esprits qui, par leur langage, révèlent leur supériorité, aient répondu à des personnes très sérieuses, au sujet de l’enfer et du purgatoire, selon l’idée que l’on s’en fait vulgairement ?

« Ils parlent un langage compris des personnes qui les interrogent ; quand ces personnes sont trop imbues de certaines idées, ils ne veulent pas les heurter trop brusquement pour ne pas froisser leurs convictions. Si un Esprit allait dire, sans précautions oratoires, à un musulman que Mahomet n’est pas un prophète, il serait très mal reçu. »


a — On conçoit qu’il puisse en être ainsi de la part des Esprits qui veulent nous instruire ; mais comment se fait-il que des Esprits interrogés sur leur situation aient répondu qu’ils souffraient les tortures de l’enfer ou du purgatoire ?

1 « Quand ils sont inférieurs, et pas complètement dématérialisés, ils conservent une partie de leurs idées terrestres, et ils rendent leurs impressions par les termes qui leur sont familiers. Ils se trouvent dans un milieu qui ne leur permet qu’à demi de sonder l’avenir, c’est ce qui est cause que souvent des Esprits errants, ou nouvellement dégagés, parleront comme ils l’auraient fait de leur vivant. 2 Enfer peut se traduire par une vie d’épreuve extrêmement pénible, avec l’incertitude d’une meilleure ; 3 purgatoire, une vie aussi d’épreuve, mais avec conscience d’un avenir meilleur. 4 Lorsque tu éprouves une grande douleur, ne dis-tu pas toi-même que tu souffres comme un damné ? Ce ne sont que des mots, et toujours au figuré. »

 

1015. Que doit-on entendre par une âme en peine ?

« Une âme errante et souffrante, incertaine de son avenir, et à laquelle vous pouvez procurer un soulagement que souvent elle sollicite en venant se communiquer à vous. » (664.)


1016. Dans quel sens doit-on entendre le mot ciel ?

« Crois-tu que ce soit un lieu, comme les Champs-Elysées des anciens, où tous les bons Esprits sont entassés pêle-mêle sans autre souci que de goûter pendant l’éternité une félicité passive ? Non ; c’est l’espace universel ; ce sont les planètes, les étoiles et tous les mondes supérieurs où les Esprits jouissent de toutes leurs facultés, sans avoir les tribulations de la vie matérielle, ni les angoisses inhérentes à l’infériorité. »


1017. Des Esprits ont dit habiter le 4°, le 5° ciel, etc. ; qu’entendaient-ils par là ?

1 « Vous leur demandez quel ciel ils habitent, parce que vous avez l’idée de plusieurs ciels placés comme les étages d’une maison ; alors, ils vous répondent selon votre langage ; mais pour eux, ces mots 4°, 5° ciel expriment différents degrés d’épuration, et par conséquent de bonheur. 2 C’est absolument comme quand on demande à un Esprit s’il est dans l’enfer ; s’il est malheureux, il dira oui, parce que pour lui enfer est synonyme de souffrance ; mais il sait très bien que ce n’est pas une fournaise. Un païen aurait dit qu’il était dans le Tartare. »


3 Il en est de même d’autres expressions analogues, telles que celles de cité des fleurs, cité des élus, première, seconde ou troisième sphère, etc., qui ne sont que des allégories employées par certains Esprits, soit comme figures, soit quelquefois par ignorance de la réalité des choses et même des plus simples notions scientifiques.

4 Selon l’idée restreinte qu’on se faisait autrefois des lieux de peines et de récompenses, et surtout dans l’opinion que la terre était le centre de l’univers, que le ciel formait une voûte et qu’il y avait une région des étoiles, on plaçait le ciel en haut et l’enfer en bas ; de là les expressions : monter au ciel, être au plus haut des cieux, être précipité dans les enfers. 5 Aujourd’hui que la science a démontré que la terre n’est qu’un des plus petits mondes parmi tant de millions d’autres, sans importance spéciale ; qu’elle a tracé l’histoire de sa formation et décrit sa constitution, prouvé que l’espace est infini, qu’il n’y a ni haut ni bas dans l’univers, il a bien fallu renoncer à placer le ciel au-dessus des nuages et l’enfer dans les lieux bas. 6 Quant au purgatoire, aucune place ne lui avait été assignée. Il était réservé au Spiritisme de donner sur toutes ces choses l’explication la plus rationnelle, la plus grandiose, et en même temps la plus consolante pour l’humanité. Ainsi l’on peut dire que nous portons en nous-mêmes notre enfer et notre paradis ; notre purgatoire, nous le trouvons dans notre incarnation, dans nos vies corporelles ou physiques.


1018. Dans quel sens faut-il entendre ces paroles du Christ : Mon royaume n’est pas de ce monde ?

« Le Christ, en répondant ainsi, parlait dans un sens figuré. Il voulait dire qu’il ne règne que sur les cœurs purs et désintéressés. Il est partout où domine l’amour du bien ; mais les hommes avides des choses de ce monde et attachés aux biens de la terre, ne sont pas avec lui. »


1019. Le règne du bien pourra-t-il jamais avoir lieu sur la terre ?

1 « Le bien régnera sur la terre quand, parmi les Esprits qui viennent l’habiter, les bons l’emporteront sur les mauvais ; alors, ils y feront régner l’amour et la justice qui sont la source du bien et du bonheur. 2 C’est par le progrès moral et par la pratique des lois de Dieu que l’homme attirera sur la terre les bons Esprits, et qu’il en éloignera les mauvais ; mais les mauvais ne la quitteront que lorsqu’il en aura banni l’orgueil et l’égoïsme.

3 « La transformation de l’humanité a été prédite, et vous touchez à ce moment que hâtent tous les hommes qui aident au progrès ; 4 elle s’accomplira par l’incarnation des Esprits meilleurs qui constitueront sur la terre une nouvelle génération. 5 Alors, les Esprits des méchants que la mort moissonne chaque jour, et tous ceux qui tentent d’arrêter la marche des choses en seront exclus, car ils seraient déplacés parmi les hommes de bien dont ils troubleraient la félicité. Ils iront dans des mondes nouveaux, moins avancés, remplir des missions pénibles où ils pourront travailler à leur propre avancement, en même temps qu’ils travailleront à l’avancement de leurs frères encore plus arriérés. 6 Ne voyez-vous pas dans cette exclusion de la terre transformée la sublime figure du Paradis perdu, et dans l’homme venu sur la terre dans de semblables conditions, et portant en soi le germe de ses passions et les traces de son infériorité primitive, la figure non moins sublime du péché originel ? 7 Le péché originel, considéré sous ce point de vue, tient à la nature encore imparfaite de l’homme qui n’est ainsi responsable que de lui-même et de ses propres fautes, et non de celles de ses pères.

8 « Vous tous, hommes de foi et de bonne volonté, travaillez donc avec zèle et courage au grand œuvre de la régénération, car vous recueillerez au centuple le grain que vous aurez semé. 9 Malheur à ceux qui ferment les yeux à la lumière, car ils se préparent de longs siècles de ténèbres et de déceptions ; malheur à ceux qui mettent toutes leurs joies dans les biens de ce monde, car ils endureront plus de privations qu’ils n’auront eu de jouissances ; 10 malheur surtout aux égoïstes, car ils ne trouveront personne pour les aider à porter le fardeau de leurs misères. »

Saint Louis.



Il y a deux images de ce chapitre dans le service Google - Recherche de livres (Deuxième édition - 1860) et (Quatorzième édition - 1866.)


.

Ouvrir